Les hommes du 43e RIC de 1914 à 1919 - Introduction

Entete[1]  

      Pour trois raisons, au moins.

    Histoire des Gens, Histoire des Hommes... c'est donc, d'abord, aux hommes du 43e RIC que ce premier chapitre est consacré.

    Les hasards de la vie nous mènent... -étant bien entendu que je suis parfaitement convaincu que le hasard n'existe pas, mais trêve de philosophie... - Il se trouve que ce 43e RIC a combattu en Artois, à l'époque où mon tendre Grand'père s'y trouvait aussi. Et certains de ses hommes reposent dans le même cimetière que lui; on les trouvera mentionnés ci-après: "inhumé à Bienvlllers-aux-Bois".

     Ensuite, de Juin à Août 1918, ce Régiment a défendu la fameuse Cote 240, sise à deux pas de chez moi; le général PORTE ayant même son P.C. dans mon village. Nombreux furent ses hommes à rejoindre le cimetière militaire provisoire de ce village...

    Or, au cours du tri des Archives municipales que j'avais entrepris environ l'an 2000, j'ai découvert le CCB (Carnet du Champ de Bataille) de ce cimetière; c'est-à-dire la liste, dressée au jour le jour, de ceux qui y étaient inhumés; liste qui comporte un certain nombre de précieux renseignements sur chacun d'eux. J'entrepris donc de m'intéresser à CES 900 MORTS DANS LE VERGER, selon le titre que je donnai à mes recherches sur tous ces hommes, allongés en effet, un jour ou une nuit de l'été 1918, sous la terre d'un des vergers de chez moi. Ici ne seront retenus que ceux du 43e RIC, alors que ce cimetière recueillit, bien sûr, des hommes d'autres unités.

    Enfin, troisième raison pour laquelle j'entreprends le présent travail: plus récemment, fréquentant le Forum Pages 14-18, je fus confronté, plusieurs fois, à l'absence, bien frustrante, de JMO (Journal des Marches et Opérations) pour ce cher 43e RIC.

     C'est donc pour combler cette lacune de JMO que je consacre cet espace qui, -autre "hasard"... et grand merci à la personne qui me l'a offert !-, a été mis voici peu de temps à ma disposition.

     Cependant, un JMO comporte essentiellement la mention des combats menés, et, accessoirement, "l'état des pertes". J'ai choisi le parti inverse.  L'itinéraire d'un régiment pendant la Grande Guerre est jalonné de tombes, de cimetières... C'est à cela que je m'intéresse d'abord, et, une fois encore, aux hommes qui y reposent.  - Ce relevé des morts - "Morts pour la France"... - situe bien, à lui seul, les divers endroits où un régiment s'est successivement trouvé entre 1914 et 1918. Je n'ai évoqué les combats que très succinctement, mais le lecteur plus intéressé par ces combats pourra se reporter aux JMO et autres documents que j'indique en leur lieu.

 

DRAPEAU 43e RIC Image6

Drapeau du 43e RIC et sa garde. Photo extraite de l'Histo. 43

 

   Chef de Bataillon au 43e RIC dès le 02 Août 1914, puis chef de Corps commandant cette unité, ensuite commandant de la 308e Brigade d'Infanterie puis de la 7e Brigade d'Infanterie Coloniale et enfin commandant de l'Infanterie Divisionnaire de la 2e DIC, brigades et I.D. dont fait partie successivement aussi ce même Régiment, le général Pierre Ernest Léon PORTE a donc toujours suivi exactement le 43e RIC.

    Aussi ses états de services constituent-ils le meilleur résumé du parcours de ce régiment pendant la Grande Guerre.

     Les voici tels qu'on les trouve dans son dossier de Légion d'Honneur:

chronologie 1

chronologie 2

chronologie 3

chronologie 4

 

     Il n'y manque que les premiers mois de 1915, que l'Histo 43 résume sous le titre: La guerre des mines, de nouveau dans le secteur de Chuignes...

HISTO 43 Image1

Voir cet Histo là :

http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6226081j/f1.image

 ANCREDOREE

 

 

  •  1924